mardi 2 juin 2009

L'immigration pour enrichir le Québec, dites-vous?

Combien d'immigrants avons nous besoin?
Quel type d'immigrant avons nous besoin?
Comment accueillir et intégrer les immigrants?
Existe-t-il un seuil où la population d'un pays peut se suffire à elle-même?

Commençons par examiner cette dernière question.
Existe-t-il un seuil où la population d'un pays peut se suffire à elle-même?
Force est de constater que la richesse d'un pays n'est pas fonction de sa taille. Dans les faits, le niveau de vie d'un pays serait plutôt en fonction inverse de sa population. Plusieurs petits pays de quelques millions d'habitants comme la Suisse, la Norvège, le Danemark ont de très hauts niveaux de vie alors que de très grands pays comme l'Inde, la Chine ou le Pakistan ont des niveaux de vie inférieurs. Le nombre d'habitants d'un pays est un facteur de puissance certes, mais n'est pas un facteur de richesse individuelle. Dans chaque pays l'espace et les ressources sont limités. Il semble que l'équation (ressources d'un pays /divisées par son nombre d'habitants) se justifie.
Dans un pays donné, plus vous serez nombreux à partager la ressource plus vous serez pauvres.
C'est ce que les statistiques démontrent. Il n'y aurait donc aucun avantage, en termes de niveau de vie, à accroître la population du Québec. Si la population du Québec doit croître, elle doit le faire pour d'autres raisons, entre autres pour assurer sa pérennité. Alors l'immigration qui ne s'intègre pas à nos us et coutumes joue contre notre pérennité.
Que penser du taylorisme-bouchardeux qui affirme que c'est nous les Québécois qui devons nous adapter aux immigrants?

Combien d'immigrants avons nous besoin?
Aucun, 1000, 10 000, 100 000 ou un million, toutes les réponses sont bonnes.
Si nous sommes pressés de devenir une minorité, 1 million d'immigrants règlerait notre cas en quelques années.

Quel type d'immigrant avons nous besoin?
Nous devons sélectionner des immigrants qui viennent combler un besoin démontré de main d'œuvre qualifiée.
Par souci d'équité, nous ne devrions accepter que des immigrants provenant de pays ayant un niveau de vie équivalent au nôtre. Autrement, notre sélection de main d'œuvre qualifiée viendra appauvrir un pays déjà pauvre.
De toute façon, si le dicton: "l'immigrant enrichit le pays d'accueil" est vrai; forcément l'émigrant appauvrit son pays d'origine.
Comment accueillir et intégrer les immigrants?
Pour les accueillir devons-nous dérouler le tapis rouge?
Certainement pas, à moins que vous ne soyez un partisan du taylorisme-bouchardeux.
Pouvons-nous faire quelque chose pour intégrer l'immigrant?
Absolument rien à faire, c'est l'immigrant qui s'intègre de lui-même ou qui choisit de s'exclure de sa société d'accueil en vertu de notre trudeau concept de multi-culturalisme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire